Réservation

Réservation description

Map Icon

  • Google+ (+261) 32 11 472 45
  • contact@beloentremer.com
  • version français - English version

Belo sur mer : le village natal des boutres

octobre 8, 2021

A Belo sur mer, le village natal des boutres, le spectacle de cette architecture de voiles ne cesse de nous enchanter depuis le restaurant ou les terrasses d’Entremer. Car les vieux gréements nous parlent de liberté, de grands espaces, de ce monde fascinant de la mer. Nous redevenons des enfants, rêvant d’être marins. Nous sommes Charles Aznavour chantant : Emmenez-moi au bout de la terre… 

Le boutre : au coeur de la vie d’Entremer et de Belo sur mer

Pourtant, c’est une rude aventure que celle de la vie de boutre. Pour la goélette – puisque c’est son vrai nom – en premier lieu. Depuis la construction, avec la raréfaction du bois et le peu d’outils qu’ils ont. Jusqu’au lancement, grande fête coûteuse où l’alcool et la musique coulent à flots. Avec chaque année, les travaux de carénage à la saison des pluies… Nous en avons l’intuition lorsqu’au fil des mois, nous observons le long et patient travail du charpentier de marine. De la première étape du squelette où l’on se croit Jonathan dans le ventre de la baleine, jusqu’à la mise à l’eau, il faut beaucoup d’énergie d’hommes pour haler l’immense structure de bois jusqu’à la mer.

Rude aventure aussi pour les marins. Car le confort à bord se résume à un pont où s’allonger sous le soleil brûlant ou les étoiles, à des repas de riz haricots cuits sur le fatapera. Bateaux de transport, les boutres ne restent pas longtemps à l’ancre. Si une trentaine sont en construction, une vingtaine font le va-et-vient entre Morondava et Belo sur mer, chargés de sel, de cageots ou de passagers. Nous avons nos habitués, nos préférences pour tel ou tel capitaine. Car pour cela aussi, nous sommes bien de Belo : le boutre est au cœur de nos vies.

A lire, sur ce sujet, l’intéressant article de Franz Stadelmann (YACHTING n°6 – 1997), présenté sur le site de Priori : http://www.priori.ch/f_berichte/reportage_f_3.htm

Share this:

  • Facebook
  • Twitter

ecrire un commentaire